Patrimoine des députés : « Je te déclare, moi non plus »

Par

La Haute autorité pour la transparence, imaginée en réponse à l'affaire Cahuzac, vient de tenir sa toute première réunion. À l'ordre du jour : les déclarations de patrimoine et d'intérêts des parlementaires, que certains ont expédiées à reculons.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle entre enfin en action. Un an après l’affaire Cahuzac, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), présidée par l’ancien magistrat Jean-Louis Nadal, s’est réunie pour la première fois le 7 février. Alors qu’elle commence à peine à recruter son personnel (vingt postes de fonctionnaires budgétés), elle doit commencer à traiter les déclarations de patrimoine et d’intérêts remplies par les parlementaires. Ces derniers avaient jusqu’au 1er février pour les envoyer (de même que les eurodéputés, les conseillers des ministres ou du président de la République, contre le 1er juin pour les maires et patrons d’exécutifs locaux).