Face à l’extrême droite, Macron rejoue la partie perdante de Sarkozy

Par

Après l’avoir désignée comme son unique adversaire, Emmanuel Macron entend désormais affronter Marine Le Pen sur son propre terrain, en plaçant la sécurité, l’immigration et le communautarisme au cœur de son action politique. Pendant ce temps, l’extrême droite profite de la crise sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a des jours où l’on se dit que ce n’est pas possible, que l’on assiste à un mauvais remake, que les acteurs qui se prêtent à ce jeu vont finir par comprendre que la comédie a trop duré. Ce sont d’abord des confidences distillées dans la presse. Au détour d’un article du Parisien, on apprend qu’Emmanuel Macron a récemment soufflé que si Marine Le Pen devait le battre en 2022, ce serait « sur le terrain régalien » ; qu’« en petit comité », il se dit même persuadé qu’il ne sera pas jugé sur l’économie, mais sur « la sécurité, l’immigration et le communautarisme ».