Au mépris de la Sécurité sociale

Par

En annonçant des mesures massives d'allègement de cotisations sociales, Manuel Valls fait peser un lourd danger sur la Sécurité sociale, qui connaît déjà de graves déficits. Mais surtout, il contribue à saper la légitimité des prélèvements qui la financent, au moment où certains rêvent d'une privatisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des immenses cadeaux que Manuel Valls entend faire aux entreprises, sur instruction de François Hollande, on sait désormais tout. Il les a détaillés mardi lors de sa déclaration de politique générale. De même que l'on sait tout de la mesure en forme de tour de bonneteau qu’il entend prendre, soi-disant pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés. En bref, tout est transparent, puisque le nouveau premier ministre a présenté par le menu la politique économique et sociale qu’il entend suivre, et que la presse s’en est fait largement l’écho (lire Économie : la politique néolibérale est confirmée).