Sur la ZAD: «La préfète m’a radicalisé·e»

Le deuxième jour d’expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes a tourné à l’affrontement entre les gendarmes et des habitant·e·s déterminé·e·s. Un lieu historique de la ZAD, les Vraies Rouges, a échappé à la destruction promise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des ami·e·s ont préparé des plats de légumes, et vous vous asseyez à la table du salon pour le dîner. Mais l’air du dehors est saturé de gaz lacrymogène et au fur et à mesure qu’il pénètre dans la maison, les poumons et les yeux vous piquent. Repas collectif sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, au soir du deuxième jour de l’expulsion ciblée de la zone, mardi 10 avril, à la Rolandière, l’un des lieux en dur de la zone.