Primaire socialiste: qui a voté, où, pour qui?

Par

A Aubry les grands centres-villes et le vote des moins de 40 ans, à Hollande celui des villes moyennes et des zones rurales. Une très faible mobilisation dans les quartiers populaires, qui explique en partie l'échec de Royal.Quant à Montebourg, il effectue ses meilleurs scores dans la France du «non» au référendum.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Candidat des champs contre candidate des villes? Les premiers enseignements du scrutin inédit de la primaire socialiste, qui a vu se qualifier au second tour François Hollande et Martine Aubry, laissent entrevoir une socio-géographie du vote plus complexe qu'il n'y paraît. Méthodologiquement, l'exercice est compliqué, et les chercheurs et spécialistes de la carte électorale sont encore dans le flou, dans l'attente d'une collecte plus précise des résultats, disponibles pour l'heure par bureaux de vote (qui ne recoupent pas ceux habituels des élections traditionnelles) et par département (mais pas par ville), souffrant aussi de l'absence de sondages «sortis des urnes», d'habitude fiables pour analyser le vote par catégories professionnelles. Seuls éléments disponibles pour l'heure, les cartes des résultats par candidat (voir sur le site du Monde)