Comment les services ont raté les terroristes

Par

Les frères Kouachi ont fait l’objet, entre 2011 et 2014, de quinze mois d’écoutes et quatre mois de surveillance physique (pour Saïd Kouachi) et deux ans de surveillance téléphonique (pour Chérif, son cadet). En vain. Amedy Coulibaly, condamné dans une affaire de terrorisme en 2013, n'était plus dans les radars des services après sa sortie de prison.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

La surveillance s’était interrompue six mois avant le massacre. Saïd et Chérif Kouachi, les deux auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, ont fait l’objet entre 2011 et 2014 de quinze mois d’écoutes et quatre mois de surveillance physique (pour Saïd) et deux ans de surveillance téléphonique (pour Chérif), selon des informations obtenues par Mediapart. Les services de renseignements français ont mis fin aux interceptions à l’été 2014 faute d’éléments probants permettant de raccrocher la fratrie à un groupe terroriste identifié ou à un projet d’attentat précis.

Doublement connu des services, de la justice et de la police pour avoir été condamné en 2008 dans l’affaire des filières de djihadistes dite des « Buttes-Chaumont », puis impliqué deux ans plus tard dans la tentative d’évasion de l’artificier des attentats parisiens de 1995 (sans avoir été condamné), Chérif Kouachi s’est retrouvé, avec son frère aîné Saïd, dans les radars de l’anti-terrorisme français dès l’automne 2011.

Les frères Kouachi, lors du braquage d'une station-service dans l'Aisne, le 8 janvier 2015. © Vidéo-surveillance Les frères Kouachi, lors du braquage d'une station-service dans l'Aisne, le 8 janvier 2015. © Vidéo-surveillance

Tout est parti d’une première information des services de renseignements américains datant d’octobre 2011, selon laquelle un membre d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), mouvement terroriste rapatrié au Yémen depuis 2006, est entré informatiquement en relation avec une personne située dans un cyber-café de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). C’est-à-dire non loin du domicile de Chérif Kouachi, qui réside au 17 de la rue Basly. Il n’y a alors – et à ce jour non plus – aucune certitude sur le fait que Chérif Kouachi ait été le correspondant français d’AQPA repéré par les États-Unis, même s’il est tentant de le penser.

Un mois plus tard, en novembre 2011, les services américains transmettent à leurs homologues français de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, devenue depuis DGSI) une nouvelle information stipulant cette fois que Saïd Kouachi s’est rendu à l’étranger, entre les 25 juillet et 15 août 2011, en compagnie d’une seconde personne. Les Américains sont formels dans leur note de transmission sur un séjour des intéressés dans le sultanat d’Oman et évoquent une suspicion d’un passage clandestin au Yémen. « Ces renseignements n’étaient alors corroborés ni par des sources humaines ou techniques », nuance aujourd’hui une source proche de l’enquête concernant le Yémen.

L’information attire toutefois l’attention de la DCRI, qui lance alors une opération de surveillance administrative – c’est-à-dire non confiée à l’autorité judiciaire. À partir de décembre 2011, Chérif Kouachi est l’objet de filatures et d’écoutes téléphoniques. Elles dureront jusqu’au mois de décembre 2013. Les services secrets français découvrent un homme qui, s’il continue de frayer avec certaines connaissances bien ancrées dans des groupes radicaux, semble petit à petit s’éloigner de la mouvance terroriste. Du moins, en façade.

Chérif Kouachi paraît alors plutôt se reconvertir dans une délinquance beaucoup moins dangereuse, à savoir un business de contrefaçon de vêtements et de chaussures avec la Chine. Il en parle imprudemment au téléphone, bien qu’il s’inquiète d’être pisté par les douanes. Mais pas par l’anti-terrorisme, qui enregistre tout.

Son grand frère, Saïd, qui est pour sa part toujours parvenu à passer entre les filets de la justice, n’ayant été cité à chaque fois que très à la marge des dossiers ayant impliqué Chérif, est lui aussi dans le viseur de la DCRI.

Selon les informations recueillies par Mediapart, il a fait l’objet, en 2012, de huit mois d’écoutes téléphoniques, couplées à quatre mois de surveillance physique, puis de deux mois d’écoutes en 2013, qui s'arrêtent. Le butin était trop maigre. La Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), autorité qui encadre l’exécution des écoutes, dément aujourd'hui dans un communiqué avoir préconisé une première fois l’arrêt de la surveillance.

Mais en février 2014, les services français ont du nouveau. Ils obtiennent un témoignage qui vient confirmer le voyage à Oman de Saïd Kouachi, sans certitude toujours sur un passage – et encore moins d’un entraînement – au Yémen. Ce témoignage provoquera cinq nouveaux mois d’écoutes, finalement interrompus en juin 2014. Certaines sources liées à l'enquête affirment que cette nouvelle interruption a eu lieu en accord avec la CNCIS (ce qu'elle conteste), les interceptions ne laissant apparaître ni projet d’attentat ni activité terroriste manifestes.

À cet instant, les frères Kouachi disparaissent des radars de l’anti-terrorisme français, qui estime ne pas avoir assez d’éléments pour réclamer l’ouverture d’une enquête judiciaire aux services compétents. C’est cette situation qui fera dire au ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, vendredi 9 janvier, au sujet des frères Kouachi, que « rien ne témoignait du fait (qu’ils) pouvaient s'engager dans un acte de ce type. Leur situation n'avait pas été judiciarisée ».

Les questions, nombreuses, se posent aujourd’hui. Les frères Kouachi ont-ils si bien caché leur jeu que les services de renseignements sont passés complètement à côté de leur cible ? Avaient-ils trouvé un moyen sûr de communication, via Internet par exemple ? Ou avaient-ils vraiment coupé les ponts avec les réseaux opérationnels de leur passé avant de sombrer à nouveau dans un dessein terroriste à l’origine de la plus meurtrière campagne d’attentats en France depuis cinquante ans ?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Cet article a été actualisé après le démenti de la CNCIS concernant son rôle dans l'interruption – ou non – des écoutes des frères Kouachi.