La surveillance s’était interrompue six mois avant le massacre. Saïd et Chérif Kouachi, les deux auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, ont fait l’objet entre 2011 et 2014 de quinze mois d’écoutes et quatre mois de surveillance physique (pour Saïd) et deux ans de surveillance téléphonique (pour Chérif), selon des informations obtenues par Mediapart. Les services de renseignements français ont mis fin aux interceptions à l’été 2014 faute d’éléments probants permettant de raccrocher la fratrie à un groupe terroriste identifié ou à un projet d’attentat précis.