Avec la loi Macron, la mise en pièces du droit du travail se poursuit

Par et

La dernière semaine de débats sur la loi Macron va porter sur le droit du travail. Alors que le débat sur le travail du dimanche risque d’accaparer les députés, les derniers articles introduisent des changements sur le code du travail qui menacent plusieurs acquis sociaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l’ombre des discussions animées sur la réforme du travail dominical qui vont rythmer le dernier tiers des débats sur la loi Macron, les vingt derniers articles du texte du ministre de l’économie s’attaquent au code du travail. Dans la même lignée que l’accord national interprofessionnel (ANI), qui raccourcissait déjà les procédures de licenciement collectif, le texte déséquilibre un peu plus encore le rapport de force asymétrique entre employeurs et salariés. Sous couvert de simplification administrative, l’« œuvre » d’Emmanuel Macron contient un certain nombre de peaux de banane, à l’image de l’amendement sur le secret des affaires qui s’était glissé entre un amendement sur le sort réservé aux déchets liés à la mérule (champignon qui prospère sur les structures en bois des habitations) et les retraites chapeau (voir notre article Macron abandonne son projet sur le « secret des affaires »).