Est-il encore possible pour la presse d’écrire sur les activités du groupe Bolloré en Afrique ? Le terme même d’empire Bolloré peut-il même encore être utilisé sans encourir des poursuites judiciaires ? Ces questions et quelques autres dominaient les discussions à l’ouverture du procès intenté par le groupe Bolloré contre le site Bastamag devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, jeudi 11 février.