France Analyse

Mais pourquoi donc Hollande est-il allé au Conseil économique et social ?

Pour son premier discours social, François Hollande est allé devant le Conseil économique et social (Cese), dont il veut « renforcer » le rôle.  Mais le Cese est une institution bien fatiguée, dont l'impuissance résume toutes les ambiguïtés du dialogue social en France : à la fois institutionnalisé, très dépendant du politique et souvent vide de sens.

Mathieu Magnaudeix

13 juin 2012 à 09h44

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Pour son premier vrai discours social de président de la République ce mardi, François Hollande a choisi le Conseil économique, social et environnemental (Cese). Pour le nouveau chef de l'Etat, il s'agissait d'abord de rappeler un message : “lui président”, il va réhabiliter le dialogue et les corps intermédiaires, maltraités pendant la campagne par Nicolas Sarkozy. Les 9 et 10 juillet, c'est même ici, dans ce Palais d'Iéna bâti en 1939 par Auguste Perret – celui qui allait reconstruire Le Havre après la Seconde Guerre mondiale – que s'ouvrira la fameuse conférence sociale censée lancer une série de chantiers sociaux, de l'emploi aux retraites en passant par les salaires.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Médias — Enquête
Vincent Bolloré lorgne « Le Figaro »
Après avoir conquis Canal+, CNews, Europe 1, « Paris Match » ou encore « Le Journal du dimanche », Vincent Bolloré a engagé, d’après nos informations, des négociations pour prendre le contrôle du « Figaro ». Au risque de relancer les polémiques sur la concentration des médias au profit des puissances d’argent.
par Laurent Mauduit
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Dossier. Violences sexuelles : la justice en question — Enquête
Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles
L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.
par Lénaïg Bredoux
Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français — Entretien
Nouvelle-Calédonie : « Une volonté de l’État de pousser à la violence »
Alors que l’État vient de confirmer la date du 12 décembre pour la tenue du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dont les indépendantistes avaient demandé le report en raison de la situation sanitaire, entretien avec Laurie Humuni, membre du bureau politique du FLNKS.
par Joseph Confavreux

Nos émissions