Mis en examen, Richard Ferrand s’accroche au perchoir

Par

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen pour « prise illégale d'intérêts » cette nuit par les juges enquêtant à Lille sur l’affaire des Mutuelles de Bretagne. Il a déclaré ne pas avoir l’intention de démissionner.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un président de l'Assemblée nationale mis en examen : le fait reste exceptionnel sous la Ve République. Après avoir été entendu pendant de longues heures mercredi 11 septembre 2019, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte en janvier 2018 à la demande du Parquet national financier (PNF) et confiée à des magistrats lillois, Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale et quatrième personnage de l’État, a été mis en examen pour « prise illégale d'intérêts » dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. En 2011, l’organisme des Mutuelles de Bretagne, que M. Ferrand dirigeait alors, avait décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne.