A l’hôpital, le retour des sacrifices

Par

Les courbes épidémiques descendent puis montent. L’hôpital, sans illusions, remobilise ses soignants. Les congés sont annulés, comme les stages des étudiants, envoyés sur le front du dépistage. À Lyon, les soignants positifs au coronavirus doivent travailler s’ils sont jugés « indispensables ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministre de la santé a adressé aux soignants, « le soutien de la nation entière » lors de sa conférence hebdomadaire, jeudi 8 octobre. Faute d’avoir su maîtriser l’épidémie cet été, le gouvernement s’en remet à nouveau au monde hospitalier. Celui-ci a déjà entre ses mains le sort de 8 231 malades graves du Covid-19 actuellement hospitalisés, dont 1 483 en réanimation.