Dossier L’hôpital à bout de souffle

Nos enquêtes, reportages et analyses sur la crise traversée depuis des années par le système hospitalier, et encore aggravée par l’épidémie de Covid-19.

La première ministre annonce des solutions immédiates pour sauver les urgences cet été

Dans le service des urgences du centre hospitalier de Périgueux, en novembre 2020. © Photo Romain Longieras / Hans Lucas via AFP
Élisabeth Borne a retenu toutes les recommandations de la « mission flash » sur les urgences. La population devra passer plus systématiquement par le 15, mais elle n’en fait pas une étape obligatoire avant d’accéder aux urgences. Les médecins de ville et les personnels hospitaliers obtiennent des revalorisations.

Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?

Santé

Dans le service des urgences du centre hospitalier de Périgueux, en novembre 2020. © Photo Romain Longieras / Hans Lucas via AFP
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.

À Chinon, le ministère veut désosser un hôpital modèle

Santé

Des pyjamas de bébés accrochés aux grilles de l'hôpital de Chinon. © Caroline Coq-Chodorge / Mediapart
L’hôpital de Chinon, hôpital rural à la maternité et au service de psychiatrie exemplaires, mais fermés pendant des semaines faute de personnels, est en lourd déficit. Un cabinet de conseil préconise des fermetures de lits et de postes, l’agence régionale de santé conditionne ses aides au retour à l’équilibre. Comme avant la pandémie.

À l’hôpital, une dernière mobilisation avant un été de tous les dangers

Santé

L’hôpital s’est mobilisé dans une cinquantaine de villes en France. Les manifestants alertent sur une situation d’une gravité sans précédent. Ils craignent aussi les prochaines annonces pour les urgences, qui pourraient restreindre l’accueil des patients.

Hôpital : le supplice des médecins à diplômes étrangers qui attendent une titularisation

France

L’hôpital public profite des petits salaires et des contrats précaires des médecins aux diplômes extra-européens. Pire: l’administration les a conduits dans une impasse en leur imposant d'être titularisés avant la fin de l’année, sans s’en donner les moyens.

Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes

Santé

Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.

Fermeture de lits, suppression de postes : ce que contient le « contrat d’avenir » des Hôpitaux de Strasbourg

Santé

Document confidentiel obtenu par notre partenaire Rue89 Strasbourg, le « contrat d’avenir » signé avec l’agence régionale de santé oblige les Hôpitaux universitaires de Strasbourg à augmenter leur activité tout en fermant des lits et en réduisant le nombre de postes.

L’hôpital public fait silence pour se faire entendre

Santé

Minute de silence au CHU de Rennes, le 1er avril. © Caroline Coq-Chodorge / Mediapart
Chaque vendredi, des hospitaliers se recueillent une minute pour conjurer la « mort programmée de l’hôpital public ». Car aucune promesse politique n’est tenue : les soignants partent, les lits ferment et les patients dorment sur des brancards dans les couloirs des urgences.

Tous les articles

Jeudi 17 mars à Strasbourg, un patient est mort aux urgences, faute de prise en charge

Santé

Un homme atteint d’une hémorragie digestive est décédé aux urgences du Nouvel Hôpital civil. Un décès occasionné par le manque de personnel et de lits d’hospitalisation, selon un urgentiste. La direction des Hôpitaux universitaires de Strasbourg a demandé l’ouverture d’une enquête interne.

La carte des urgences qui vacillent : quatorze CHU sont à présent touchés

Santé

Mediapart met à jour sa carte des urgences en difficulté, à partir de la liste de 115 services établie par le syndicat Samu-Urgences de France. Certains manquent de personnel, d’autres sont contraints de fermer, partiellement ou complètement. À six semaines des vacances d’été, quatorze CHU sont touchés.

À Toulouse, le personnel de l’hôpital des enfants entre en grève illimitée

Santé

Les agentes de cet établissement du CHU de Toulouse ont décidé d’arrêter de travailler à partir du 11 janvier pour protester contre la mise en danger des patients et un niveau de souffrance au travail jamais atteint auparavant.

À l’hôpital de Grenoble : « Est-ce qu’il faut laisser tomber les gens pour mieux les aider ? »

Santé

À Grenoble, de nombreux médecins alertent la population sur une « situation de crise jamais connue », dont le Covid n’est que le révélateur. Dans le département, certaines nuits, trois des huit services d’urgences sont fermés. 

Plans blancs, urgences fermées : la carte de France d’un hôpital qui vacille

Santé

La cinquième vague de Covid est d’ampleur modérée. Mais elle secoue un hôpital déserté par son personnel. Pour mesurer l’ampleur de la crise, Mediapart a établi une carte des plans blancs et des services d’urgences fermés. Aucune région n’est épargnée. 

Hôpital public : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »

Santé

Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.

Réquisitions, cellules de crise : le ministère anticipe des turbulences pour les urgences

Santé

De nombreux services d’urgences sont proches de la rupture, et le Covid n’est cette fois pas seul responsable. Olivier Véran a réactivé les cellules de crise et autorisé les réquisitions de soignants par les préfets.

Fermeture de lits à l’hôpital : une polémique de chiffres pour cacher l’ampleur de la crise

Santé

Y a-t-il 20 % ou 5 % de lits d’hôpitaux fermés en ce début d’hiver ? L’administration joue sur les chiffres, en ne communiquant que les fermetures définitives, quand des lits ouvrent et ferment au jour le jour. L’Île-de-France est la plus touchée : des services de pédiatrie ou des unités neuro-vasculaires tentent de fonctionner avec 20, 50, voire 80 % de lits fermés.