« Coincée » dans la précarité, une docteure dénonce le sort injuste des médecins étrangers

La régularisation des médecins aux diplômes extra-européens a été, une fois encore, repoussée. En plus de les maintenir dans la précarité, l’administration les renvoie souvent vers de longs parcours de consolidation de leurs compétences. Au CHU de Grenoble, des médecins s’indignent du traitement réservé à l’une de leurs collègues.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Leila A. veut bien parler de sa situation, mais sans trop s’exposer, pour ne pas indisposer ceux qui ont son avenir professionnel entre leurs mains. Si elle accepte de se confier, c’est surtout pour « les autres » Padhue, les praticiens à diplômes hors Union européenne. C’est aussi pour son chef, le professeur Jean-François Payen, qui dirige le pôle d’anesthésie-réanimation au CHU de Grenoble (Isère), révolté devant « l’arbitraire ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal