Personnes vulnérables: les associations indignées par l’assouplissement des règles du chômage partiel

Un nouveau décret concernant les personnes vulnérables au travail a été publié le 11 novembre. S’il étend la liste des pathologies, il restreint la possibilité de travail ou d’arrêt au domicile pour ces salariés. Un scandale, jugent les représentants associatifs.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le décret de la colère. « Injustice », « stupéfaction », « sidération »… Les responsables d’associations de patients et de malades chroniques n’ont pas de mots assez durs pour qualifier le texte paru au Journal officiel le 11 novembre qui définit à nouveau les règles pour les personnes dites vulnérables au travail, les plus meurtries par l’épidémie de Covid-19.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal