Un ex-détenu islamiste fait valoir son droit à une vie familiale pour rester en France

Par Théo Englebert

La justice doit trancher en appel, lundi 14 décembre, le sort de cet Algérien condamné en 2006 dans un dossier terroriste. Le respect de sa vie familiale et l’intérêt de ses enfants imposent-ils de lever son interdiction du territoire français ? D’après nos informations, la justice, en première instance, a répondu : « Oui ». Enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis qu’il a purgé sa peine en 2011, Merouane Benahmed s’enlise dans une impasse administrative. À 47 ans, cet Algérien fait partie de la poignée d’étrangers à la fois interdits de territoire français après une condamnation dans des affaires terroristes, et inexpulsables en raison du sort que leur réserve leur pays d’origine – il a été condamné à mort en Algérie. Or, cette situation kafkaïenne pèse gravement sur sa famille.