Les oubliés du grand débat organisent leur propre consultation

Par

Méfiants vis-à-vis du processus officiel, plusieurs groupes de gilets jaunes, précaires ou professionnels de services publics menacés, ont lancé leur propre « grand débat ». Un brouhaha démocratique, où se lisent méfiance vis-à-vis des élites, peur du lendemain et un véritable foisonnement d’expertises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’autre grand débat. Celui qui croise le questionnaire national adressé aux citoyens par le président, s’en émancipe, rêve d’autre chose que d’une grille fermée à 80 questions. Des dizaines de milliers de témoignages et contributions, en ligne, provenant d’associations venant en aide aux pauvres ou aux précaires, de certains corps de métiers oubliés du programme officiel comme la santé, ou encore des gilets jaunes eux-mêmes, méfiants quant à la transparence du processus officiel. Un brouhaha démocratique, où s'exprime aussi la parole des « experts de leur vécu ».