Démocratie sanitaire (4/4) : « Entendre ceux que l'on n'écoute plus »

Par Mathilde Goanec

Le virus démocratique ne s'attaque pas seulement à l'hôpital ou au cabinet du médecin... Il contamine aussi le monde du médico-social, qui doit donner plus de place à la parole de l'usager. Deux expériences différentes, en France et en Belgique, se font l'écho de cette volonté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Novembre 2013, à Lille. Dans l'auditorium du palais des congrès, le public retient son souffle. Il écoute cette femme, ayant fréquenté plus jeune les foyers de l'aide sociale à l'enfance du département, aujourd'hui éducatrice de jeunes enfants en formation : « Je suis le numéro 76. Petite, je n'ai pas compris pourquoi j'avais été placée. On ne nous a pas vraiment expliqué le fonctionnement, mais on nous a donné un numéro de chambre, et un numéro sur nos vêtements. » Le stigmate est encore vivace, mais sans colère, la jeune femme interroge simplement la capacité des institutions du monde médico-social à prendre en compte la personne accueillie...