Entre 1969 et 1974 : le surgissement cathodique d’Alain Krivine

Sur les petits écrans de la télévision française, Alain Krivine a incarné le premier, cinq ans avant Arlette Laguiller, une forme étonnante de ténacité trotskiste, à la fois électorale et révolutionnaire. Voici les traces de son combat sous les projos.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Lors des événements de Mai-68, Alain Krivine et Michel Rocard, bras dessus, bras dessous dans toutes les manifs, étaient surnommés Castor et Pollux. Lannée suivante, lun et lautre se présentaient à lélection présidentielle dans la foulée de la démission de Charles de Gaulle. Rocard, pour le PSU, avait 38 ans ; Krivine, pour la Ligue communiste, en avait 27.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal