D'autres «fermes des mille vaches» pourront voir le jour

Par

La loi d'avenir agricole adoptée par l'Assemblée n'évitera pas l'installation de méga-fermes où l'élevage, couplé à une centrale électrique alimentée par les déjections du bétail, transforme l'agriculture en une industrie de maximisation des profits. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le chef de projet de la “ferme des mille vaches” va-t-il enfin pouvoir se frotter les mains ? Si la loi d'avenir agricole passe au Sénat telle qu'elle a été adoptée par les députés, le 9 juillet 2014, non seulement les obstacles concernant l'autorisation d'atteindre le millier de laitières seront levés, mais les possibilités de dupliquer ce nouveau modèle d'agriculture intensive seront ouvertes : l'acquisition de terres n'a pas de limites et les restrictions sur la taille des méthaniseurs agricoles, ces réservoirs de fumier utilisés pour tirer de l'énergie, n'ont pas été mises à l'agenda. Le texte ouvre donc la porte à une agriculture plus encline à produire de l'électricité que des denrées alimentaires.