Primes, gestion opaque et coup de force: le «off» de Paris 2024

Par

Artisans de la candidature de Paris, l’ancien patron du rugby mondial Bernard Lapasset, son bras droit Étienne Thobois, issu de l’agence Keneo, et le champion Tony Estanguet ont réussi leur coup. Mais l’opacité de la gestion du groupement d’intérêt public et le versement contesté de « primes de succès » font débat.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Trois hommes : un dirigeant sportif, un lobbyiste et un champion olympique. Pour un joli coup : réussir à convaincre puis à mobiliser les pouvoirs publics en vue d’organiser les Jeux olympiques à Paris. Ce mercredi 13 septembre, à Lima (Pérou), Bernard Lapasset, Étienne Thobois et Tony Estanguet savourent leur victoire devant les caméras du monde entier. Le Comité international olympique (CIO) a officiellement désigné la France pour accueillir les JO 2024. Le fruit d’une opération périlleuse pour ce triumvirat couronné de succès.

Il y a quatre ans à peine, même au sommet de l’État, peu de personnes croyaient pourtant en la possibilité d’une candidature française : les JO coûtent cher, leur image est durablement ternie par les scandales de corruption et le traumatisme de l’échec de la candidature de Paris 2012 est encore trop vif. Le défi est alors immense pour Bernard Lapasset, l'ancien homme fort du rugby mondial qui a créé en avril 2013 le Comité français du sport international (CFSI), une coquille vide pour promouvoir l’accueil des Jeux en France.

Étienne Thobois, Tony Estanguet et Bernard Lapasset autour d'Anne Hidalgo © aroundtherings.com Étienne Thobois, Tony Estanguet et Bernard Lapasset autour d'Anne Hidalgo © aroundtherings.com
Lapasset présente sur le papier le profil idéal pour porter un tel projet : président de l’International Rugby Board (IRB) jusqu’en 2016, il est alors l’un des rares dirigeants français à la tête d’une fédération internationale. Il connaît par ailleurs parfaitement les arcanes du CIO depuis qu’il a réussi à faire du rugby à 7 une discipline olympique. Et il jouit dans le petit monde sportif d’une réputation sérieuse, que même les récentes révélations de Mediapart sur son ancien conseiller Claude Atcher, n’ont jusqu’à présent pas écornée.

Dès 2013, Lapasset enchaîne les rencontres ministérielles et convainc Laurent Fabius, alors ministre des affaires étrangères, d’activer le réseau diplomatique du Quai d’Orsay. Son bras droit au sein du CFSI, Michaël Aloïsio, un ancien de la Fédération de taekwondo et du ministère des sports, rencontre, lui, en janvier 2014, les membres de la « délégation interministérielle à l’intelligence économique », rattachée aux services du premier ministre. Ce premier rendez-vous discret a pour objet de commencer à « cartographier les “boards et collatérales” des différentes instances, notamment ceux du Comité international olympique », et d’entamer les opérations de lobbying auprès de ces derniers en « nouant des alliances de circonstance avec des acteurs publics ou privés et avec d’autres comités très influents ». Dans le même temps, Lapasset fait, avec succès, le forcing auprès de Manuel Valls et de François Hollande, lequel se déclare publiquement, le 6 novembre 2014, « favorable » à une candidature de Paris.

Lettre de Bernard Lapasset à Laurent Fabius © Document Mediapart Lettre de Bernard Lapasset à Laurent Fabius © Document Mediapart

L’opacité de la gestion du GIP en question

Cette déclaration d’intention se concrétise par la création du groupement d’intérêt public (GIP) Paris 2024 fin 2015. Cofinancé à hauteur de 60 millions d’euros par le public (État, la Région Île-de-France et la ville de Paris, 10 millions chacun) et des partenaires privés, le GIP est, dans les faits, contrôlé par le mouvement sportif. Les comités olympique et paralympique (CNOSF et CPSF) disposent au sein de son bureau, de son conseil d’administration et de son assemblée générale de 55 % des voix contre 45 % pour la ville de Paris, la région et l’État (15 % chacun). Et les sportifs se montrent bien peu soucieux de l’information au public.

Si elles sont certifiées par un contrôleur d’État, les dépenses du GIP n’ont jamais été communiquées en détail. Un document interne consulté par Mediapart permet uniquement d'avoir une vision globale sur ses principaux postes de dépenses. En tête du palmarès, se trouvent les salaires : pour une cinquantaine d’employés (selon cette dépêche de l’AFP), la masse salariale atteint plus de 14 millions d’euros sur toute la période d’activité de la structure (moins de trois ans). La planification et les études (autour de 12 millions d’euros) arrivent en seconde position, suivies de près par la communication et les opérations de mobilisation du public (10 millions d’euros). La section « Relations internationales », comprenant notamment les missions d’« Intelligence et analyse », est dotée de près de 6 millions d’euros.

Une opacité similaire règne sur le versement de primes. Selon nos informations, le bureau exécutif de Paris 2024 du 29 août 2017 a voté l’attribution de « primes de succès » aux salariés du GIP. Celle-ci était conditionnée à l’attribution des JO à Paris, au dégagement d’un excédent financier, ainsi qu’à la levée de plus de 30 millions d’euros de fonds privés. Trois objectifs remplis. Mais l’épisode n’a pas fini de faire jaser. D’abord parce que le « succès » de Paris a été acquis face à… personne, depuis le retrait de son seul concurrent, Los Angeles. Ensuite parce qu’une grande partie des membres concernés sera vraisemblablement ré-embauchée dans les nouvelles structures qui verront le jour pour organiser les JO. Enfin, et surtout, parce que le montant des primes a été calculé proportionnellement aux salaires. Si les enveloppes dédiées aux petites mains ayant donné de leurs soirées et week-ends resteront modestes, la facture pourrait s’envoler pour les postes les plus importants. Ce dernier point a d’ailleurs provoqué des remous au sein de Paris 2024, certains acteurs estimant en privé qu’il s’agit d’un mauvais signal adressé à l’opinion. Sollicité par Mediapart, le GIP nous a répondu que « cette prime s’élèvera à 12 % de la rémunération pour l’ensemble des salariés avec un maximum capé à 3 fois la valeur moyenne », sans donner la grille de salaires y afférente, ni croire bon de nous expliquer s’il s’agit de rémunération mensuelle, annuelle, ou sur la totalité de l’exercice.

Le coup de force du mouvement sportif

La candidature a également été verrouillée d’un point de vue opérationnel. Dès la création de la structure, Lapasset a pris soin de placer ses hommes aux postes stratégiques. Aux côtés d’Aloïsio, l’ancien président de l’IRB a poussé au poste de directeur général de Paris 2024 Étienne Thobois, qui fut déjà son bras droit lors de la Coupe du monde de rugby en France en 2007.

Thobois présente une autre particularité : en 2008, avec d’autres anciens de la Coupe du monde, il a fondé le cabinet Keneo, devenu en moins d’une décennie une machine de guerre qui phagocyte le marché de l’événementiel sportif. En 2011, la société a été mandatée par le CNOSF pour rédiger un rapport d’analyse des quatre dernières défaites des candidatures françaises aux Jeux. Ce document – complété par une étude d’opportunité commandée par le CFSI et rendue en février 2015 – a servi de feuille de route à l’équipe de candidature pour 2024. Dans ses conclusions, Keneo insiste sur sa doctrine : le « mouvement sportif », qui aurait été trop en retrait lors des dernières candidatures, doit désormais être à l’avant-garde. « Une vaste fumisterie ! », peste un ancien du ministère des sports, qui y voit une « logique très anglo-saxonne, correspondant à la vision de Bernard Lapasset et visant à écarter la puissance publique des décisions ».

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Notre article repose sur une série d’entretiens réalisés cet été et à la rentrée avec plusieurs dirigeants du sport français et (anciens) responsables du ministère des sports. Il s’appuie aussi sur des comptes-rendus de réunions ministérielles et du comité de candidature de Paris 2024.

Actuellement à Lima, Jean-François Martins, adjoint aux sports de la mairie de Paris, nous a accordé un entretien téléphonique mardi 12 septembre.

Sollicité par mail mardi 12 septembre, le GIP Paris 2024 nous a répondu ce mercredi 13 septembre.