LR refuse de sanctionner Orbán

Par

La délégation française du PPE a étalé ses divisions, mercredi, sur le cas du premier ministre hongrois. Les Républicains, qui ont décidé de placer la question migratoire au cœur de leur campagne européenne, ne veulent pas s’aliéner cette figure incontournable de la droite dure. Quitte à fermer les yeux sur les violations de l’État de droit dans son pays. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelle posture adopter face à Viktor Orbán, figure de proue de la droite extrême en Europe ? Pour la droite française, qui ne s’est toujours pas remise de l’offensive Macron, le cas du premier ministre hongrois est une épine dans le pied dont elle n’arrive pas à se défaire.