A Lille, l'état d'urgence sert à protéger les «identitaires»

Par

Pendant un an, la préfecture a utilisé une disposition de l'état d'urgence pour interdire tout rassemblement dans le centre-ville où a ouvert un bar privé réservé aux « Blancs ». Ces interdictions étaient motivées par des notes des services de renseignement évoquant des risques d'affrontements. Des militants ont saisi le tribunal administratif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le bar privé La Citadelle a fêté, le 24 septembre dernier, le premier anniversaire de son inauguration officielle dans le centre-ville de Lille. L’événement avait attiré une bonne partie des médias nationaux, venus couvrir l’ouverture de ce cercle privé réservé aux « Blancs », ou plutôt « aux patriotes sincères, aux helléno-chrétiens, aux Européens de souche », comme l’expliquait alors au Parisien Aurélien Verhassel, chef de file du mouvement d’extrême droite Génération identitaire Flandres-Hainaut.