Lienemann quitte le PS, appelle à un "front populaire"

Par
Marie-Noëlle Lienemann, membre du Parti socialiste depuis 1971, annonce samedi son départ du PS qui selon elle "s'achemine vers une mort lente" pour s'être détourné du "socialisme de Jean Jaurès".
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Marie-Noëlle Lienemann, membre du Parti socialiste depuis 1971, annonce samedi son départ du PS qui selon elle "s'achemine vers une mort lente" pour s'être détourné du "socialisme de Jean Jaurès".

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la sénatrice de Paris précise travailler avec Emmanuel Maurel, chef de file de l'aile gauche du PS qui a officialisé son retrait vendredi, à la fondation d'un nouveau parti avec le Mouvement républicain et citoyen (MRC), qui pourrait voir le jour début 2019.

Ils entendent faire liste commune avec La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon aux élections européennes de mai 2019 avec pour objectif l'avènement d'un "nouveau Front populaire" avec l'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon et l'écologiste Yannick Jadot et une candidature unique à la présidentielle de 2022 sur un programme commun.

"Aujourd'hui, le PS s'achemine vers une mort lente. Il ne veut pas ni tirer les leçons du quinquennat de François Hollande ni prendre la mesure du divorce avec le peuple de gauche. Il est dans le déni", estime Marie-Noëlle Lienemann, qui critique la ligne du premier secrétaire Olivier Faure.

"Avec Faure, le PS baigne dans l'eau tiède. Il est politiquement dans le déni et stratégiquement dans le 'ni-ni'. Sa ligne 'ni-Macron, ni Mélenchon' mène à une impasse", dit-elle.

L'élue assure que "François Hollande prépare méticuleusement son retour". "Personne ne semble s'en émouvoir. En tant que premier secrétaire du PS puis en tant que président de la République, il est l'un des principaux responsables du déclin du PS", juge-t-elle.

"Aujourd'hui Emmanuel Macron mène une politique de droite et l'extrême droite est à nos portes. Il faut construire une alternative à gauche. Cela passe par le rassemblement de toutes nos forces."

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale