Tarnac: une reconstitution pour rien

Par
Les avocats de Julien Coupat et d'Yildune Lévy contestent la façon dont la justice antiterroriste a procédé à la reconstitution du sabotage d'une caténaire de TGV. Ils menacent maintenant de faire dessaisir le juge Fragnoli.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les avocats de Julien Coupat et d'Yildune Lévy, membres du fameux «groupe de Tarnac» soupçonnés d'avoir saboté une caténaire de TGV, montrent à nouveau les dents. Devant faire face à une instruction démarrée au pas de charge et sous la pression de l'exécutif, pour des faits qualifiés de terroristes, mais qui a accouché d'un dossier quasiment vide de preuves et entaché d'erreurs qui ressemblent fort à des trucages, Thierry Lévy, William Bourdon et Jérémie Assous concentrent aujourd'hui leur tir contre le juge d'instruction Thierry Fragnoli : ils menacent de lancer une demande en récusation du magistrat, dont ils mettent ouvertement en doute l'impartialité.