Suicides dans la police : enquête sur un «tabou»

Par
Depuis le mois de janvier, une douzaine de suicides ont été observés dans les rangs de la police nationale. Le ministère de l'Intérieur s'est penché officiellement, le 14 avril, sur cette question lors d'un comité central d'hygiène et de sécurité. Les syndicats réclament que les suicides (dans certains cas) soient reconnus comme «accidents du travail», ce à quoi s'est toujours refusée la place Beauvau.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On meurt dans la police. Y compris de soi-même. Depuis le mois de janvier, une douzaine de suicides ont été enregistrés dans les rangs de la police nationale, tous corps confondus. Ce taux, même s'il reste dans la moyenne de ces cinq dernières années selon les statistiques disponibles, inquiète la profession.