Covid: derrière les 100 000 morts, la procession des endeuillés

Par

Les témoignages de proches de victimes, recueillis par Mediapart, racontent la violence et la solitude des fins de vie, la culpabilité qui rôde partout, le déni collectif de ces morts. Individuel ou collectif, le traumatisme reste enfoui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de la première vague, les morts du Covid étaient comptés chaque soir. Les vies emportées ont été racontées, célébrées, celle des soignants surtout. Après un an d’une pandémie qui a bouleversé la vie dans tous ses aspects, « on ne veut plus, on ne peut plus se concentrer sur les morts », dit à Mediapart la sociologue et anthropologue Fiorenza Gamba.