La manif anti-répression de Rennes brave l’interdiction

Par

Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées samedi pour protester contre les violences policières subies à Rennes lors des manifestations contre la loi sur le travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Rennes. – Pour faire cesser les manifestations contre la loi sur le travail, quoi de mieux que la peur ? Après avoir interdit la manifestation contre les violences policières, prévue samedi à 13 heures, le préfet Patrick Dallennes a recommandé aux habitants de Rennes de ne pas sortir de chez eux dans l’après-midi. Près de 500 policiers, CRS et gendarmes, ont été mobilisés, quadrillant certains lieux et en particulier la place Charles-de-Gaulle, point de départ théorique de la manifestation. Plusieurs centaines de personnes se sont réunies malgré l’interdiction et la pression orchestrée par la préfecture. « On ne laissera pas manifester, a déclaré le préfet. Cette manifestation n’aura pas lieu. On fera respecter l’État de droit. La réponse sera très ferme. Tous ceux qui commettent des dégradations et des actes violents seront interpellés à chaque fois qu’on pourra le faire. » Le préfet a aussi précisé à Ouest France que « des personnes préparées et entraînées pour la guérilla urbaine » avaient prévu de venir à Rennes.