«Convergence des colères» à Nantes pour l’acte 44 des «gilets jaunes»

Par

Près de deux mille personnes ont défilé samedi 14 septembre dans la ville marquée par la mort de Steve Maïa Caniço et le comportement de François de Rugy, député local.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour leur acte 44, les « gilets jaunes » avaient choisi de se rassembler prioritairement à Nantes samedi 14 septembre 2019 pour une « convergence des colères ». Colère contre les violences policières, dont les manifestants sont victimes depuis un an, mais aussi contre celles, plus spécifiques et injustifiées, ayant probablement abouti à la mort de Steve Maïa Caniço le 21 juin dernier, à Nantes justement, dont l’exécutif est bien obligé de reconnaître la réalité, après avoir tenté dans un premier temps d’absoudre les forces de sécurité. Colère également contre le comportement des dirigeants de LREM, François de Rugy en tête, qui est originaire de Nantes et député de la première circonscription de Loire-Atlantique, mais aussi Richard Ferrand, élu de Bretagne mis en examen pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne (voir « La Macronie enterre ses promesses d’exemplarité »).