Au PCF, la fronde contre Pierre Laurent ne se calme pas

Par

En dépit du rejet exprimé par une grande masse de militants la semaine dernière, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, ne veut pas lâcher son poste. L’enjeu est, pour lui, de trouver un consensus interne dans un parti plus divisé que jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment surmonter la crise ouverte, le week-end dernier, au Parti communiste français (PCF) ? Ce samedi 13 octobre, une ambiance fébrile régnait dans les couloirs de l’Iris, l’Institut de recherche sur les relations internationales, situé dans le XIe arrondissement de Paris, le siège du parti, place du Colonel-Fabien, étant occupé par un tournage de film. « Ambiance sereine » pour les uns, aussitôt contredits par les autres, qui rapportaient une « bataille à fleurets mouchetés ». D’autres, encore, trouvaient l’atmosphère « électrique ».