Accusé d’avoir refusé un test Covid, Béchir bascule de la case expulsion à la prison

Par Olivier Bertrand

En France, ces dernières semaines, des étrangers sont incarcérés parce quils refusent de passer un test Covid, préalable à leur expulsion. Cela vient darriver à un Tunisien sans papiers de 19 ans. Il avait témoigné auprès de Mediapart de violences policières à Lyon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En septembre, un Algérien avait dénoncé sur Mediapart son passage à tabac au centre de rétention de Lyon. Des policiers, affirmait-il, lavaient embarqué en lui tordant les bras, lavaient frappé dans un espace dépourvu de caméra et, à son retour, il était couvert dhématomes. Javais appelé plusieurs témoins et le plus précis était Béchir (19 ans), le compagnon de chambre de la victime. Au téléphone, il était mesuré, précisait que les violences étaient parties dune insulte lâchée par le retenu, indiquait que la plupart des policiers du CRA (centre de rétention administrative, où les étrangers en attente dexpulsion sont enfermés) se comportaient bien, mais quune brigade se montrait violente, provoquait les retenus, ce que dautres sources confirmaient, indiquant que le commandant était alerté.