Une nomination choquante à la présidence de l'AMF

Par
Ancien transfuge de la gauche, ex-secrétaire d'Etat aux affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet prend ce lundi 15 décembre la présidence de l'Autorité des marchés financiers. En faisant ce choix, Nicolas Sarkozy viole les règles qu'il avait lui-même édictées, prévoyant que toutes les nominations importantes devraient se faire sous le contrôle du Parlement. Cette promotion est révélatrice de ce capitalisme consanguin français, qui autorise le mélange des intérêts entre pouvoirs politiques et milieux d'affaires. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'Autorité des marchés financiers (AMF), qui est le gendarme des marchés financiers français, est dotée depuis ce lundi 15 décembre d'un nouveau président, en la personne de Jean-Pierre Jouyet, qui était jusqu'à ces derniers jours secrétaire d'Etat aux affaires européennes et que Nicolas Sarkozy a promu à cette nouvelle fonction. Cette nomination choquante est révélatrice des graves dysfonctionnements qui affectent le système économique français, en même temps que, plus généralement, des dysfonctionnements dont souffre notre démocratie.