L'usine Fralib est occupée, un premier test social

Par

En lutte depuis près de 600 jours contre la fermeture de leur usine, les salariés ont repris son occupation le 11 mai. Devant les menaces de déménagement des machines, ils espèrent que « des portes nouvelles s'ouvrent » avec François Hollande, qui leur avait promis son soutien. Vendredi, des syndicalistes CGT sont venus de toute la France soutenir ce combat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Gémenos, de notre envoyée spéciale