Le nouveau discrédit de la Commission de déontologie

Par

La Commission de déontologie de la fonction publique n'a plus de déontologique que le nom et sert de couverture à de petits accommodements très parisiens. Après l'affaire Pérol, l'avis favorable rendu pour le passage à CNP Assurances de l'ancien directeur de cabinet de François Fillon en est une nouvelle preuve. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commission de déontologie de la fonction publique se discrédite encore un peu plus. Déjà éclaboussée par un scandale en 2009, lors du passage de François Pérol, à l’époque secrétaire général adjoint de l’Élysée, à la présidence des Caisses d’épargne et des Banques populaires, la voilà qui vient de rendre un « avis favorable » à un nouveau pantouflage, pour le moins contestable, celui de Jean-Paul Faugère, l’ancien directeur de cabinet de François Fillon à Matignon, qui est pressenti pour prendre la présidence de CNP Assurances.