Franz-Olivier Giesbert désavoué par les journalistes de «La Provence»

Par

Franz-Olivier Giesbert, qui a été porté à la tête de La Provence par Bernard Tapie, vient de subir un camouflet par la rédaction : 74 journalistes lui ont signifié, par un vote électronique, qu’il n’avait pas leur confiance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est décidément une crise à répétition que traverse La Provence depuis que Bernard Tapie en a pris le contrôle. Car non seulement l’ex-homme d’affaires a pris le quotidien en otage, dans l’espoir qu’il n’ait pas à rembourser rapidement les 404 millions d’euros qu’il a perçus indûment au terme du célèbre arbitrage frauduleux de l’affaire Adidas-Crédit lyonnais. Mais voici qu’à cette première crise vient s’ajouter une autre, éditoriale celle-là. Le hiérarque du journalisme parisien Franz-Olivier Giesbert, que le même Bernard Tapie a installé à la tête de la rédaction du journal, est en butte à une hostilité croissante de la part de l'équipe. À travers un vote électronique organisé par la section du Syndicat national des journalistes (SNJ), 74 employés de la rédaction provençale viennent ainsi de lui signifier qu’il n’avait pas leur confiance.