Le jugement qui condamne «Chirac Jacques» à deux ans de prison avec sursis

Par
L'ancien président de la République est condamné à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il ne fera pas appel. C'est la première fois qu'un chef d'Etat français est condamné devant la justice ordinaire, au terme d'une quinzaine d'années de procédure. Une gifle pour le parquet qui avait requis la relaxe. Mediapart publie le jugement dans son intégralité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un silence de cathédrale, trois juges indépendants ont condamné Jacques Chirac, jeudi 15 décembre au matin, à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire dite des emplois fictifs de la mairie de Paris. A 79 ans, l'ancien président de la République est reconnu coupable d'abus de confiance, de détournements de fonds publics et de prise illégale d'intérêts, pour avoir fait supporter par les contribuables parisiens les salaires de plusieurs chargés de mission qui travaillaient soit au siège du RPR, soit pour le candidat gaulliste à l'élection présidentielle, mais en tout cas pas pour la Ville.