Fragilisé, le FN oublie sa stratégie de « dédiabolisation »

Par

Un photographe de l’AFP refoulé d’une conférence de presse du FN, des chercheurs qualifiés « d’extrême droite » par le parti, Gilbert Collard qui taxe les journalistes de « police politique » et les députés PS de « fascistes ». Depuis quelques semaines, les incidents se multiplient au Front national, qui mettent à mal la prétendue « dédiabolisation » de Marine Le Pen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un photographe de l’AFP refoulé d’une conférence de presse du FN, des chercheurs qualifiés « d’extrême droite » par le parti, le député Gilbert Collard qui taxe les journalistes de « police politique » et les députés PS de « fascistes », un secrétaire départemental qui déclare collectivement une école de journalisme persona non grata. Depuis quelques semaines, les incidents se multiplient au Front national. Et mettent à mal la prétendue « dédiabolisation » de Marine Le Pen.