Un immeuble sous confinement: «2020, année à effacer»

Par et Fanny Monier (illustration)

Nous avons sonné à chacune des portes d’un immeuble de Meaux, étage après étage, pour savoir comment s’est nouée l’année 2020, si étrange. Alors que la France se déconfine en ce mardi 15 décembre, le Covid-19 paralyse toujours. Mais c’est la crise économique et sociale, surtout, qui angoisse. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est largement la doyenne de l’immeuble, elle qui vit dans les murs depuis trois décennies. « Mon petit dernier avait un an quand je suis arrivée, le bâtiment était quasiment neuf », raconte Michèle Barucq, 74 ans. À l’époque, les arbres en contrebas qui forment une ceinture verte autour du petit square Georges-Brassens ne dépassaient pas le rez-de-chaussée, et le soleil entrait largement dans son salon. Il fait toujours un peu sombre dans la pièce désormais, même en été.