Au procès Preynat, le déni de l’Eglise derrière celui de l’agresseur

Par Mathieu Périsse / We Report

Au deuxième jour de son procès, Bernard Preynat a indiqué avoir été victime d’agressions sexuelles dans son enfance. Une nouvelle clef de lecture pour un parcours marqué par une inertie systématique de l’Église à son égard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lyon (Rhône), correspondance.– Aux racines du mal. Au deuxième jour du procès de Bernard Preynat ce mercredi, le tribunal correctionnel de Lyon a tenté de sonder les motivations profondes de l’ancien prêtre de 74 ans, qui comparaît pour des agressions sexuelles commises sur dix enfants d’un groupe scout de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) dont il avait la charge entre 1972 et 1991.