Nicolas Sarkozy est mis en examen dans Bygmalion

Par

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été mis en examen, mardi 16 février au soir, pour financement illégal de campagne électorale. Il a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté des chefs d’usage de faux, escroquerie et abus de confiance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Désormais, aux yeux de la justice, c’est une affaire Sarkozy. Convoqué mardi 16 février au pôle financier à Paris, l’ancien président de la République est ressorti dans la soirée mis en examen pour « financement illégal de campagne électorale », une infraction punie d’un an d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende, liée au seul fait qu’il a enfoncé le plafond de dépenses autorisées lors de la présidentielle de 2012. Alors que la loi lui interdisait d’engager plus de 22,5 millions d’euros de frais, l’instruction a démontré que Nicolas Sarkozy avait doublé la mise, envoyant valser le principe d’égalité entre les candidats qui fonde la règle du jeu démocratique en France, où le législateur refuse que l’argent fasse l’élection (à l’inverse des États-Unis par exemple).