L’EPR de Flamanville sous haute surveillance

Par

Des anomalies de fabrication dans la cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville sont épinglées dans le dernier rapport annuel de l’Autorité de sûreté nucléaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des anomalies de fabrication dans la cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville sont épinglées dans le dernier rapport annuel de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), selon Le Monde. Des défauts sur cette pièce ont été signalés début avril par le gendarme du nucléaire. Le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet, a indiqué que le feu vert ne serait pas donné tant que l’on n’aurait pas une « conviction absolue » sur la fiabilité de ce « composant crucial ». Ce problème entraîne un nouveau retard pour la mise en service de l’EPR, dont le calendrier a déjà dérivé de cinq ans – sa mise en service était prévue en 2012 et a été repoussée à 2017 au plus tôt – et dont la facture est passée de 3,3 à 8,5 milliards d’euros.