François la feintise

Par

Dans cette deuxième conférence de presse du quinquennat, François Hollande était à son aise : compétence, rouerie rhétorique, étrange confiance, gentillesse naturelle du merle moqueur. Et toujours cette impression qu'un prestidigitateur fait son numéro au lieu de gouverner...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la salle des fêtes du palais de l’Élysée, le Verbe se fait attendre. Brouhaha convenu de la comédie sociale habituelle. Face au pupitre présidentiel, à côté du carré des sièges attribués aux ministres, il y a six premiers rangs de chaises stratégiques. Elles sont occupées ou réservées par l’élite de la gent pisse-copie ou porte-micro. C’est-à-dire des journalistes en vue dans de gros médias. Prototype : Valérie Nataf de TF1.