Violences sexuelles sur mineurs: pas de présomption de non-consentement

Par

Les députés LREM ont adopté seuls, dans la nuit de mardi à mercredi, l’article renforçant la protection des mineurs contre les violences sexuelles. Les autres députés, à droite comme à gauche, ont bataillé en vain pendant plusieurs heures pour tenter de réintroduire une présomption de non-consentement pour les moins de 15 ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que le sujet pouvait paraître consensuel – renforcer la protection des mineurs contre les violences sexuelles –, les députés LREM ont adopté seuls, dans la nuit de mardi à mercredi, l’article 2 très critiqué du projet de loi « renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ».