La Cour européenne des droits de l'homme valide des écoutes d’avocats

Par

Alors que Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog sont empêtrés dans l’affaire Paul Bismuth, la Cour européenne des droits de l’homme rejette un recours de l’avocat Jean-Pierre Versini-Campinchi dans une affaire assez proche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une décision qui ne peut réjouir ni Nicolas Sarkozy, ni son avocat et ami Thierry Herzog. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient en effet de juger, ce 16 juin, dans une autre affaire, que la retranscription de conversations téléphoniques avec un avocat interceptées dans le cadre d'écoutes judiciaires « est possible lorsqu’il est établi que le contenu d’une conversation ainsi surprise est de nature à faire présumer la participation de l’avocat lui-même à des faits constitutifs d’une infraction ».