Les nouveaux déboires judiciaires du maire de Tarbes

Par

Déjà poursuivi dans le cadre d’une enquête sur l'attribution de marchés publics, Gérard Trémège vient d’être mis en examen pour « travail dissimulé ». Ce baron indéboulonnable de la droite locale est cette fois soupçonné d’avoir fraudé l’Urssaf pendant plusieurs années. Un comble pour un ancien expert-comptable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la mairie de Tarbes, une déconvenue judiciaire peut en cacher une autre. Trois semaines après avoir échoué à faire annuler partiellement sa mise en examen pour « prise illégale d'intérêts », « favoritisme » et « trafic d'influence passif » dans l’attribution de marchés publics, le maire de Tarbes (Hautes-Pyrénées) depuis 2001, Gérard Trémège, voit la justice s’intéresser d'un peu trop près à ses anciennes activités professionnelles. Le premier édile, expert-comptable et commissaire aux comptes de son état, vient en effet d'être mis en examen pour « travail dissimulé », a appris Mediapart de sources concordantes, confirmant une information de La Dépêche du Midi.