Financement du RN: la justice sanctionne ses stratagèmes pour «tromper l’Etat»

Par et

Le tribunal a écarté les soupçons de surfacturation des kits de campagne, mais condamne l’équipe du microparti de Marine Le Pen, et son prestataire Frédéric Chatillon pour « escroquerie ». Il condamne aussi le RN pour « recel d’abus de biens sociaux ». Le parquet fait appel de ce jugement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Logiquement, la « machine à cash » de Marine Le Pen ne devrait plus fonctionner avant longtemps. Le tribunal correctionnel a condamné, mardi 16 juin, les responsables de Jeanne, le microparti de la présidente du RN, et le trésorier du Rassemblement national, Wallerand de Saint-Just, à des peines d’emprisonnement avec sursis.