Enquête à Lyon après des violences contre des CRS

Par
Le parquet de Lyon a annnoncé dimanche l'ouverture d'une enquête à la suite des violences dont a été la cible la veille un équipage de policiers assurant la sécurité des manifestations de "Gilets jaunes".
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LYON (Reuters) - Le parquet de Lyon a annnoncé dimanche l'ouverture d'une enquête à la suite des violences dont a été la cible la veille un équipage de policiers assurant la sécurité des manifestations de "Gilets jaunes".

L'enquête est ouverte pour "faits de violence avec arme et en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique".

Elle a été confiée à la Sûreté départementale. Le parquet précise qu’aucune interpellation n’est intervenue pour l’instant.

Samedi en fin d’après-midi, un fourgon de CRS a été visé sur l’autoroute A7, sur les quais du Rhône à Lyon, par des manifestants et casseurs qui ont lancé des pavés et autres projectiles sur le véhicule avant de sauter pour certains sur le capot.

La scène, filmée par les policiers, a été postée samedi sur les réseaux sociaux par le syndicat Alternative Police (CFDT).

Le ministre de l’Intérieur a dénoncé sur Twitter une « violence insupportable ». Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a condamné dimanche un « acte lâche et d’une rare violence ».

Pour Laurent Nunez, "ce qu'on voit ici sur ce film, qui nous a été envoyé à Christophe Castaner et à moi dès hier soir par les organisations syndicales, c'est emblématique du mouvement" des "Gilets jaunes".

"Des hordes de sauvages qui veulent s'en prendre à nos institutions, qui veulent s'en prendre aux policiers", a déclaré dimanche le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur sur BFM TV.

Invité du "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI, le porte-parole du gouvernement a salué pour sa part le "calme" des policiers visés.

"On a un arsenal juridique qui est déjà très présent et extrêmement solide. Je pense que sur cette vidéo, on peut identifier probablement quelques-uns de ceux qui se sont attaqués à la fourgonnette, j'espère qu'ils seront identifiés, poursuivis et extrêmement sévèrement condamnés", a ajouté Benjamin Griveaux.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale