La justice donne raison à des salariés de la RATP licenciés après avis d’incompatibilité

Par

La loi permet le criblage de personnels des entreprises de transport public. Ainsi des salariés de la RATP, notamment issus de l’immigration maghrébine, ont été brutalement licenciés sur soupçons de radicalisation. La justice a donné raison à deux d’entre eux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ancien sapeur-pompier de Paris, Amine* a été recruté comme conducteur de métro à la RATP le 2 novembre 2017. Le 12 mars 2018, à la fin de son service sur la ligne 12, son chef de ligne lui tend un papier. « Je suis relevé de mes fonctions, je dois rendre mes affaires. Mon chef n’avait jamais vu ça ! »