«Les milliardaires ont trouvé une occasion de passer pour des héros»

Par

Anand Giridharadas, ancien chroniqueur du New York Times, a publié, l’an dernier aux États-Unis, un livre remarqué sur les riches philanthropes américains et leur art consommé d’apparaître en toutes circonstances comme des moteurs du progrès et du changement. L’empressement des milliardaires français à promettre des centaines de millions d’euros, en grande partie défiscalisés, pour rénover Notre-Dame l’a frappé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Depuis l'incendie de Notre-Dame, Anand Giridharadas a beaucoup tweeté. Bien sûr, pour exprimer sa sympathie à la France : l'ancien chroniqueur du New York Times âgé de 37 ans a passé une partie de son enfance à Paris. « J'ai mal au cœur pour Paris, les Français : c'est une perte immense », nous a-t-il dit dès les premières secondes de notre échange.