Présidentielle 2017: le Tina de François Hollande

Par

« There is no alternative », la phrase de Margaret Thatcher est si célèbre qu’elle est devenue un sigle, associé à l’ultralibéralisme. C’est ce Tina que le président a choisi de réactualiser en déclarant : « Il n'y a pas d'alternative au pouvoir à gauche en dehors de la ligne que je représente. » 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il n'y a pas d'alternative au pouvoir à gauche en dehors de la ligne que je représente. » La phrase, prononcée par le président sortant mardi 17 mai sur Europe 1, vise naturellement Emmanuel Macron, candidat de fait à la présidentielle de 2017, et Arnaud Montebourg, candidat en marche depuis dimanche. Ces candidatures évasives et virtuelles, aux deux bords opposés d’un PS déchiré, disent tout haut ce que tout le monde pense à peine tout bas au parti socialiste : il y a des chances sérieuses pour que François Hollande ne puisse pas se présenter. Et comme il attendra les premières semaines de 2017 pour concéder son retrait, les prétendants possibles doivent déclarer dès à présent leur disponibilité.