Constitution: le PS inflexible, malgré l'appel de Sarkozy

Par
L'appel du pied de Nicolas Sarkozy dans Le Monde du 16 juillet n'a pas fait bouger les socialistes d'un iota. Jugeant les propositions du chef de l'Etat «virtuelles» et «sans portée juridique», sur les droits de l'opposition comme sur le temps de parole présidentielle dans l'audiovisuel, le PS a réaffirmé son intention de dire "Non" à la révision constitutionnelle. A quatre jours du Congrès de Versailles, les deux camps préparent déjà les lendemains du vote: en cas d'échec, l'UMP comme la gauche voudront faire porter le chapeau à l'adversaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Nous hésitions entre le non et le non; ce sera non», a ironisé le sénateur socialiste Bernard Frimat, mercredi 16 juillet, en réponse à l'interview de Nicolas Sarkozy sur la réforme des institutions, annonçant in extremis dans Le Monde quelques initiatives en faveur des droits de l'opposition.